« Un marché immobilier local hors tendance nationale »

 

« Pendant ces six derniers mois, la capacité des particuliers à acheter des biens immobiliers a régressé. Cela touche presque la totalité des grandes villes de France car sur les onze agglomérations du pays, dix ont été reconnus à faible pouvoir d’achat. Les achats des maisons et appartements ont ainsi subit les conséquences de cette réduction.

Mais force est de constater que seule la ville de Montpellier n’est pas affectée par ce phénomène. A Montpellier, le pouvoir d’achat des particuliers a progressivement augmenté. Et par contre, dans les grandes villes de la métropole, l’insuffisance en pouvoir d’achat immobilier est entre 1 à 10%. »

Numédia 08/05/2018

----

Doit-on être heureux ou inquiet de cette spécificité ?

La réalité du marché immobilier n’est pas celle des moyennes et des tendances largement reprise dans les médias car le sujet fait audience.

Le marché immobilier Montpellierain en particulier est constitué d’une juxtaposition de micromarchés définis tant par la typologie des biens que par leur sectorisation. Se référer à des moyennes qu’elles soient nationales, régionales, ou même locales revient à ignorer cette réalité.

Pour exemple, nous avons actuellement une forte demande sur les petites surfaces : Studio ou Type1. Mais les clients limitent pour la plupart leurs recherches sur des secteurs bien définis : Hopitaux/Facultés, Boutonnet, Centre ville, Port Mariane, et hors proximité tramway, la décote est importante sur bien d’autres secteurs.  Même sur les quartiers les plus demandés, les prix n’exposent pas, car ils sont en corrélation étroite avec les rentabilités locatives offerte, et les loyers ont atteint des plafonds que la solvabilité de la clientèle locative ne permet pas de dépasser.

Le marché du type 2 qui représente 65% des transactions réalisées sur Montpellier mais également 65 % des appartements neuf livrés est également largement régulé par le plafonnement économique et non réglementaire des loyers praticables. Ici également, l’emplacement, l’environnement, l’accès aux commodités et aux transports, compte autant que le niveau de prestations dans la valorisation des biens.

L’évolution des prix affichés sur Montpellier sur les 3 derniers mois est en baisse de -4.6% d’après le dernier baromètre SeLoger LPI. Il s’agit là encore d’une moyenne peu exploitable dans l’appréciation d’un bien spécifique, mais si on rapproche ce chiffre de celui fourni par la même étude qui indique que les prix de signature effectifs ont augmenté, on peut en conclure que le marché est peut-être devenu réaliste : Des vendeurs plus raisonnables dans leur demandes initiales, des marges de négociation plus réduites et au final, une augmentation des prix maitrisée et acceptable par le marché …

Nous ne pouvons donc qu’être satisfait de cette spécificité du marché Montpellierain, qui reste accessible et offre de belles opportunités tant en résidence principale qu’en investissement locatif pour ceux qui bénéficient des conseils d’un professionnel local.

Nous sommes à votre disposition pour tout vos projets de vente, d’achat, gestion locative ou syndic de copropriété et sommes heureux de vous une estimation professionnelle de votre bien afin d’en envisager la vente dans les meilleures conditions